• Ataï, un chef kanak au musée - Histoires d'un héritage colonial
  • Ataï, un chef kanak au musée - Histoires d'un héritage colonial
  • Ataï, un chef kanak au musée - Histoires d'un héritage colonial
  • Ataï, un chef kanak au musée - Histoires d'un héritage colonial
  • Ataï, un chef kanak au musée - Histoires d'un héritage colonial
  • Ataï, un chef kanak au musée - Histoires d'un héritage colonial
Feuilletez
Ataï, un chef kanak au musée - Histoires d'un héritage colonial
36,97 €
TTC
En stock

Ataï, un chef kanak au musée - Histoires d'un héritage colonial

Les auteurs : Christelle Patin
Editeur : Publications scientifiques du MNHN

Originaire de la région de la Foa en Nouvelle-Calédonie, le chef Ataï, personnage emblématique de l’insurrection kanak de 1878, fut tué lors des opérations de « pacification » de l’île. Sa tête et une main furent livrées par des auxiliaires kanak à l’armée française puis envoyées dans les collections d’une société savante, la Société d’Anthropologie de Paris. Débute alors, au sein du musée, la seconde vie d’Ataï marquée par une « transmutation » du trophée martial en spécimen scientifique. Sa dépouille sera rendue à ses descendants en 2014.

Tantôt figure du « sauvage » beau et anthropophage, ou du chef tacticien et insoumis, tantôt figure du révolutionnaire libérateur d’un peuple assujetti ou du pacificateur d’une colonie de peuplements, les interprétations passées et actuelles du Kanak Ataï offrent de multiples visages à explorer. Elles sont aussi indissociables de l’histoire plus générale des collections anthropologiques constituées de restes humains, héritage complexe aujourd’hui sensible.

Les chapitres de ce livre offrent des clés de lecture permettant d’appréhender les différents modes d’appropriation des éléments de corps humain du chef Ataï lors de leur parcours patrimonial, les logiques et les enjeux sous-jacents. À partir de l’analyse de nombreuses archives inexplorées, d’entretiens avec les scientifiques-conservateurs, l’auteur s’attache à reconstituer chacune des étapes de la patrimonialisation du chef kanak par la communauté des anthropologues — prélèvement du corps ou parties en 1878, transport, catégorisation, transformation, étude scientifique, exposition puis restitution en 2014 — afin d’en cerner l’évolution des mécanismes, intérêts personnels, enjeux collectifs et spécificités. L’analyse se veut aussi comparative, confrontant tour à tour les pratiques de la Société d’Anthropologie de Paris à celles du Muséum national d’Histoire naturelle ainsi que les destinées de spécimens collectés en Nouvelle-Calédonie en cette fin de xixe siècle.

Christelle Patin est professeure de sciences de la Vie et de la Terre et chercheure associée en anthropologie historique et culturelle au Centre Alexandre Koyré. Ses recherches portent sur la patrimonialisation des restes humains des collections d’histoire naturelle, leur histoire et dialectiques contemporaines.

Lire le résumé
  • Garanties sécurité (à modifier dans le module "Réassurance") Garanties sécurité (à modifier dans le module "Réassurance")
  • Politique de livraison (à modifier dans le module "Réassurance") Politique de livraison (à modifier dans le module "Réassurance")
  • Politique retours (à modifier dans le module "Réassurance") Politique retours (à modifier dans le module "Réassurance")

En achetant ce produit, les membres du club peuvent collecter jusqu'à 3 points de fidélité. Votre panier totalisera 3 points qui peut être convertis en un bon de réduction de 1,50 €.


Originaire de la région de la Foa en Nouvelle-Calédonie, le chef Ataï, personnage emblématique de l’insurrection kanak de 1878, fut tué lors des opérations de « pacification » de l’île. Sa tête et une main furent livrées par des auxiliaires kanak à l’armée française puis envoyées dans les collections d’une société savante, la Société d’Anthropologie de Paris. Débute alors, au sein du musée, la seconde vie d’Ataï marquée par une « transmutation » du trophée martial en spécimen scientifique. Sa dépouille sera rendue à ses descendants en 2014.

Tantôt figure du « sauvage » beau et anthropophage, ou du chef tacticien et insoumis, tantôt figure du révolutionnaire libérateur d’un peuple assujetti ou du pacificateur d’une colonie de peuplements, les interprétations passées et actuelles du Kanak Ataï offrent de multiples visages à explorer. Elles sont aussi indissociables de l’histoire plus générale des collections anthropologiques constituées de restes humains, héritage complexe aujourd’hui sensible.

Les chapitres de ce livre offrent des clés de lecture permettant d’appréhender les différents modes d’appropriation des éléments de corps humain du chef Ataï lors de leur parcours patrimonial, les logiques et les enjeux sous-jacents. À partir de l’analyse de nombreuses archives inexplorées, d’entretiens avec les scientifiques-conservateurs, l’auteur s’attache à reconstituer chacune des étapes de la patrimonialisation du chef kanak par la communauté des anthropologues — prélèvement du corps ou parties en 1878, transport, catégorisation, transformation, étude scientifique, exposition puis restitution en 2014 — afin d’en cerner l’évolution des mécanismes, intérêts personnels, enjeux collectifs et spécificités. L’analyse se veut aussi comparative, confrontant tour à tour les pratiques de la Société d’Anthropologie de Paris à celles du Muséum national d’Histoire naturelle ainsi que les destinées de spécimens collectés en Nouvelle-Calédonie en cette fin de xixe siècle.

Christelle Patin est professeure de sciences de la Vie et de la Terre et chercheure associée en anthropologie historique et culturelle au Centre Alexandre Koyré. Ses recherches portent sur la patrimonialisation des restes humains des collections d’histoire naturelle, leur histoire et dialectiques contemporaines.

9782856538869
Editeur :
Publications scientifiques du MNHN
Collection :
ARCHIVES
Type de couverture :
Souple
Année de parution :
2019
Poids en kg :
1.5
Auteur :
Christelle Patin
Nombre de pages :
543
Avis des experts :

Avis

Aucun avis client pour le moment.

Donnez votre avis

Ataï, un chef kanak au musée - Histoires d'un héritage colonial

Originaire de la région de la Foa en Nouvelle-Calédonie, le chef Ataï, personnage emblématique de l’insurrection kanak de 1878, fut tué lors des opérations de « pacification » de l’île. Sa tête et une main furent livrées par des auxiliaires kanak à l’armée française puis envoyées dans les collections d’une société savante, la Société d’Anthropologie de Paris. Débute alors, au sein du musée, la seconde vie d’Ataï marquée par une « transmutation » du trophée martial en spécimen scientifique. Sa dépouille sera rendue à ses descendants en 2014.

Tantôt figure du « sauvage » beau et anthropophage, ou du chef tacticien et insoumis, tantôt figure du révolutionnaire libérateur d’un peuple assujetti ou du pacificateur d’une colonie de peuplements, les interprétations passées et actuelles du Kanak Ataï offrent de multiples visages à explorer. Elles sont aussi indissociables de l’histoire plus générale des collections anthropologiques constituées de restes humains, héritage complexe aujourd’hui sensible.

Les chapitres de ce livre offrent des clés de lecture permettant d’appréhender les différents modes d’appropriation des éléments de corps humain du chef Ataï lors de leur parcours patrimonial, les logiques et les enjeux sous-jacents. À partir de l’analyse de nombreuses archives inexplorées, d’entretiens avec les scientifiques-conservateurs, l’auteur s’attache à reconstituer chacune des étapes de la patrimonialisation du chef kanak par la communauté des anthropologues — prélèvement du corps ou parties en 1878, transport, catégorisation, transformation, étude scientifique, exposition puis restitution en 2014 — afin d’en cerner l’évolution des mécanismes, intérêts personnels, enjeux collectifs et spécificités. L’analyse se veut aussi comparative, confrontant tour à tour les pratiques de la Société d’Anthropologie de Paris à celles du Muséum national d’Histoire naturelle ainsi que les destinées de spécimens collectés en Nouvelle-Calédonie en cette fin de xixe siècle.

Christelle Patin est professeure de sciences de la Vie et de la Terre et chercheure associée en anthropologie historique et culturelle au Centre Alexandre Koyré. Ses recherches portent sur la patrimonialisation des restes humains des collections d’histoire naturelle, leur histoire et dialectiques contemporaines.

Donnez votre avis

Vous pourriez aussi aimer

16 autres produits de la même catégorie :