Feuilletez
3,79 €
TTC
En stock

Promenade géologique à Fougères

Les auteurs : Jacques Bouffette, Sylvain Blais, Jean Hérisset
Editeur : Biotope / Muséum

Le site de Fougères est occupé depuis l’an mil. Rapidement, les atouts stratégiques offerts par l’environnement géologique seront exploités. Fougères est le carrefour de grandes routes commerciales dans l’ouest. Dès le XIe siècle, les matériaux locaux (bois puis roches) serviront à bâtir un des plus grands châteaux d’Europe, pièce maîtresse du système défensif des frontières de la Bretagne jusqu’à la fin du XVe siècle et garant de l’indépendance du duché de Bretagne vis-à-vis du royaume de France (1488 : chute de Fougères puis défaite bretonne décisive de Saint-Aubin-du-Cormier).

Pendant la Révolution française, Fougères et sa citadelle furent un symbole des affrontements entre républicains et « chouans » royalistes. Plusieurs des chefs de cette insurrection sont fougerais : le marquis de La Rouërie, par ailleurs héros de la guerre d’Indépendance américaine, et le chevalier du Boisguy, chef des royalistes fougerais à 17 ans. Victor Hugo et Honoré de Balzac, entre autres, s’inspirèrent de ces événements dans leurs célèbres romans « Quatre-Vingt- Treize » et « Les Chouans ».

Fougères est encore la patrie de la compagne de Victor Hugo, Juliette Drouet, du peintre impressionniste Emmanuel de La Villéon, du comte de Lariboisière, général et ami de Napoléon Ier. Chateaubriand y a aussi beaucoup séjourné. L’industrie fougeraise se développe au XIXe et XXe siècles, et favorise l’exploitation des matériaux géologiques locaux (carrières de pierres pour la construction et de sables pour l’industrie verrière). Les empreintes de cette histoire se retrouvent à travers les constructions et les monuments fougerais. À l’occasion d’une promenade au fil des rues du centre-ville, ce livret propose une découverte alliant l’étonnante cohabitation des deux histoires, humaine et géologique.

Feuilleter l'ouvrage  FEUILLETER L'OUVRAGE

Lire le résumé
  • Garanties sécurité (à modifier dans le module "Réassurance") Garanties sécurité (à modifier dans le module "Réassurance")
  • Politique de livraison (à modifier dans le module "Réassurance") Politique de livraison (à modifier dans le module "Réassurance")
  • Politique retours (à modifier dans le module "Réassurance") Politique retours (à modifier dans le module "Réassurance")

Pas de point bonus pour ce produit.


Le site de Fougères est occupé depuis l’an mil. Rapidement, les atouts stratégiques offerts par l’environnement géologique seront exploités. Fougères est le carrefour de grandes routes commerciales dans l’ouest. Dès le XIe siècle, les matériaux locaux (bois puis roches) serviront à bâtir un des plus grands châteaux d’Europe, pièce maîtresse du système défensif des frontières de la Bretagne jusqu’à la fin du XVe siècle et garant de l’indépendance du duché de Bretagne vis-à-vis du royaume de France (1488 : chute de Fougères puis défaite bretonne décisive de Saint-Aubin-du-Cormier).

Pendant la Révolution française, Fougères et sa citadelle furent un symbole des affrontements entre républicains et « chouans » royalistes. Plusieurs des chefs de cette insurrection sont fougerais : le marquis de La Rouërie, par ailleurs héros de la guerre d’Indépendance américaine, et le chevalier du Boisguy, chef des royalistes fougerais à 17 ans. Victor Hugo et Honoré de Balzac, entre autres, s’inspirèrent de ces événements dans leurs célèbres romans « Quatre-Vingt- Treize » et « Les Chouans ».

Fougères est encore la patrie de la compagne de Victor Hugo, Juliette Drouet, du peintre impressionniste Emmanuel de La Villéon, du comte de Lariboisière, général et ami de Napoléon Ier. Chateaubriand y a aussi beaucoup séjourné. L’industrie fougeraise se développe au XIXe et XXe siècles, et favorise l’exploitation des matériaux géologiques locaux (carrières de pierres pour la construction et de sables pour l’industrie verrière). Les empreintes de cette histoire se retrouvent à travers les constructions et les monuments fougerais. À l’occasion d’une promenade au fil des rues du centre-ville, ce livret propose une découverte alliant l’étonnante cohabitation des deux histoires, humaine et géologique.

Feuilleter l'ouvrage  FEUILLETER L'OUVRAGE

9782914817806
ISBN :
9782914817806
Editeur :
Biotope / Muséum
Collection :
Collection Balades géologiques
Type de couverture :
Souple
Année de parution :
2011
Largeur en cm :
11,5
Hauteur en cm :
24
Poids en kg :
0,05
Au catalogue printemps :
oui
Au catalogue hiver :
oui
Au catalogue libraires :
oui
Auteur :
Jacques Bouffette, Sylvain Blais, Jean Hérisset
Nombre de pages :
30
Avis des experts :

Avis

Aucun avis client pour le moment.

Donnez votre avis

Promenade géologique à Fougères

Le site de Fougères est occupé depuis l’an mil. Rapidement, les atouts stratégiques offerts par l’environnement géologique seront exploités. Fougères est le carrefour de grandes routes commerciales dans l’ouest. Dès le XIe siècle, les matériaux locaux (bois puis roches) serviront à bâtir un des plus grands châteaux d’Europe, pièce maîtresse du système défensif des frontières de la Bretagne jusqu’à la fin du XVe siècle et garant de l’indépendance du duché de Bretagne vis-à-vis du royaume de France (1488 : chute de Fougères puis défaite bretonne décisive de Saint-Aubin-du-Cormier).

Pendant la Révolution française, Fougères et sa citadelle furent un symbole des affrontements entre républicains et « chouans » royalistes. Plusieurs des chefs de cette insurrection sont fougerais : le marquis de La Rouërie, par ailleurs héros de la guerre d’Indépendance américaine, et le chevalier du Boisguy, chef des royalistes fougerais à 17 ans. Victor Hugo et Honoré de Balzac, entre autres, s’inspirèrent de ces événements dans leurs célèbres romans « Quatre-Vingt- Treize » et « Les Chouans ».

Fougères est encore la patrie de la compagne de Victor Hugo, Juliette Drouet, du peintre impressionniste Emmanuel de La Villéon, du comte de Lariboisière, général et ami de Napoléon Ier. Chateaubriand y a aussi beaucoup séjourné. L’industrie fougeraise se développe au XIXe et XXe siècles, et favorise l’exploitation des matériaux géologiques locaux (carrières de pierres pour la construction et de sables pour l’industrie verrière). Les empreintes de cette histoire se retrouvent à travers les constructions et les monuments fougerais. À l’occasion d’une promenade au fil des rues du centre-ville, ce livret propose une découverte alliant l’étonnante cohabitation des deux histoires, humaine et géologique.

Feuilleter l'ouvrage  FEUILLETER L'OUVRAGE

Donnez votre avis

16 autres produits de la même catégorie :